Dérive policière

Dérive policière

7 décembre 2016 Non classé 0

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) vient d’apprendre qu’une cinquantaine d’élèves-infirmiers ont été arrêtés hier matin puis mis en détention au centre de rétention de NAGAD.

Recrutés au début de l’année 2016, ces élèves infirmiers avaient suivi leur formation au Centre de Formation de la SANTE et en toute logique après une année de formation, ils ont osé réclamer la régularisation de leur situation tant administrative que financière.

Le puissant Ministre de la Santé, DJAMA ELMI OKIEH aurait balayé d’un revers leurs doléances et ils ont été contraints de faire un début de rassemblement devant la Présidence, et ce, pour attirer l’attention sur leur détresse.

Aussitôt la Garde Républicaine a alerté la police qui les a tous arrêtés puis immédiatement transférés à NAGAD.

Demander un emploi ou solliciter une régularisation de situation est perçu comme une grave atteinte par le régime en place à Djibouti, et mérite une terrible répression.

Depuis 2 jours et 2 nuits consécutifs, ces jeunes élèves infirmiers au nombre de 50, sont maintenus en détention dans un centre insalubre et infesté des moustiques.

La LDDH dénonce et condamne le traitement inhumain auquel sont soumis les rares jeunes embauchés par l’ETAT DJIBOUTIEN.

Enfin la LDDH alerte l’opinion publique nationale et internationale sur les dérives répressives du régime en place à Djibouti et demande la libération immédiate de tous les élèves infirmiers.        

 

Le Président de la LDDH

OMAR ALI EWADO

About the author

Ali Omar Ewado:

0 Commentaire

Aimeriez-vous partager donner votre avis?

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Laisser un commentaire