Scandaleux !!!

Scandaleux !!!

14 avril 2019 Communiqué de presse 0

Dans le cadre de nos activités pour la défense des Droits Sociaux nous avons entrepris une série d’enquêtes au sein de 3 ports de Djibouti (PAID, DMP, SGTD) et notre constat est effrayant.
Les employés de ces entités portuaires se divisent en 3 catégories : DLS, PLS et DCS. Tout d’abord il faut noter que c’est la Convention Collective du 28 Juin 1973 qui sert à régir tous ces employés ; et pourtant,il y’a un nouveau code de travail datant de 2006.
1—DLS (Djibouti Labour Service)
Le personnel est composé de 1400 employés.
Une partie des employés de DLS sont des travailleurs journaliers et l’autre partie sont des contractuels.
Ils sont appelés au travail par téléphone et si par mégarde, ils ratent l’appel, ils subissent une suspension de travail de 1 à 3 mois.
Nous avons rencontré des contractuels privés de leurs salaires depuis plusieurs mois malgré le contrat dûment signé.
Certes, ces travailleurs cotisent au CNSS mais leur couverture médical est imparfaite. Ainsi les repos médicaux exposent ces employés à la perte de leurs salaires voire aux menaces de licenciement.
Ils n’ont pas Droit au congé annuel.
Les accidents de travail ne sont pas reconnus, la CNSS exige une plainte de la victime d’accident et l’Employeur menace la victime de licenciement si ce dernier porte plainte.
Coincés les employés accidentés optent pour l’abandon et le silence préférant garder l’emploi malgré le déni de justice
Comment expliquer que des centaines d’employés soient soumis à un travail au jour le jour sans aucune possibilité d’évolution et ce, pendant plus de 10 ans.
Il nous a été répété que les employés de DLS et DCS n’ont même pas des délégués du personnel, encore moins des représentants syndicaux. Les bulletins de paie du DLS ressemblent à un tract : aucun logo, aucune adresse de l’Employeur. A la dernière ligne de « ces bulletins » apparaît une retenue à la source, une somme de 200fdj pour l’aide aux victimes qui est entre les mains de l’Employeurs et jamais un employé n’a bénéficié de cette aide.
2-DCS : (Djibouti container Service) Ce département emploie 300 employés
Les employés de ce département subissent les mêmes conditions effroyables que ceux de DLS mais les conditions de travail sont moins pénibles.
3-PLS : (Port Labour Supplier) Ce département emploie 4000 personnes.
Les injustices dont sont victimes les employés de ce département sont si longues et si inhumaines que cela mérite une autre série d’enquêtes que nous nous engageons à publier avant le 1er Mai (fête de travail)

La LDDH dénonce et condamne sans réserve les multiples injustices dont sont victimes les employés des entités portuaires de Djibouti et interpelle les Autorités du pays à obliger les Employeurs a l’application des textes nationaux notamment la constitution du pays, le code de travail et enfin à l’application des conventions internationales ratifiées par la République de Djibouti.

Le Président de la LDDH
Omar Ali Ewado

About the author

Ali Omar Ewado:

0 Commentaire

Aimeriez-vous partager donner votre avis?

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Laisser un commentaire